Avez-vous lu La Montagne d'il y a quelques jours ? "Ils ne donneront pas le précieux sésame"

Il y a ceux qui ne veulent pas donner leur signature, par principe, parce qu'ils sont "sans étiquette" ou parce qu'ils craignent les représailles !
Eh oui ! Ils osent le dire à la presse, sachant que ce sera publié ! Un comble !!!
C'est donc bien vrai ce qui se murmure : qu'il y aurait des "gens" qui feraient pression sur les élus de terrain afin qu'ils votent comme il faut et qu'ils ne parainent que le "bon" candidat !!! On croit rêver !
Ces élus se sont-ils rendus compte qu'ils étaient en train de cautionner le système de la pensée unique dans le Cantal.

Suis-je à ce point naïve pour ne pas pouvoir imaginer que cela existe. Mais le système est beaucoup plus pervers, car les élus ne subissent pas vraiment de pressions, non ! Simplement ils devancent les souhaits des "grands élus" ! Au cas où !
Le fonctionnement est le même avec l'Etat.
Quel élu va oser déplaire au représentant de l'Etat au risque de ne pas avoir de dotation.

Lu dans la Montagne :
"Ce qui me dérange le plus, ce n'est pas que la décision soit connue du grand public, mais c'est pour mes subventions. On est une commune de moyenne importance, on a besoin de dotations. Et je pense que si on parrainait un candidat simplement par respect de la démocratie, il y aurait certainement un retour de bâton. Ici, on a des travaux en cours, on a besoin de ces subventions et je ne prendrais pas ce risque pour ma commune. Même si je le regrette un peu."

Un peu plus loin on peut lire encore :
"Il ne faut pas être naïf, soutient Bernard Remise. Les hommes étant les hommes, il y aura toujours plus d'attention sur le dossier d'un élu proche dans l'état d'esprit. Des représailles après une signature, ça existe. Tout le monde dit que non, mais j'ai connu des gens qui avaient parrainé certains candidats, sans partager leur opinion d'ailleurs, et mal leur en a pris."

On peut s'interroger sur le courage politique des élus locaux, comme des élus nationaux d'ailleurs ! Mais est-ce normal que cette "terreur" existe. Le mot est peut-être un peu fort, mais est-ce normal que les élus du peuple, mandatés par leur concitoyens, aient peur des réactions de leurs "grands élus" ou de l'Etat ?!
Pourtant, ils devraient savoir que les Renseignements Généraux, ou leurs remplaçants dont j'ai oublié le nom, savent très bien quelles sont les convictions politiques, religieuses, morales ... de chaque élu du territoire.
Ceux qui se disent "sans étiquette" ont bien une appréciation sur le contexte national et vont bien, pour la plupart, voter pour quelqu'un ! De par les attitudes, les propos, les prises de position, chacun donne une image "politique" de lui-même.

Cela ne les rassurera pas, mais tous les élus de terrain sont, sinon "fichés", du moins "catalogués", par nos "grands élus" ou par l'Etat. Ne rêvons pas !

Lorsque la journaliste de La Montagne m'a appelée, je lui ai franchement répondu que je parrainerai François BAYROU.
Je lui ai demandé si elle espérait beaucoup de réponses d'élus ? Elle avait commencé par le maire de Saint Urcize qui s'était déjà exprimé sur France 3, puis par moi. Je n'ai pas été déçue du résultat ! Je n'imaginais pas que mes collègues iraient jusqu'à cautionner ce fonctionnement en le dénonçant. Très fort.

C'est à désespérer de la politique et prouve qu'il est nécessaire de moraliser la démocratie.
D'où l'intérêt de la propositon de François BAYROU d'organiser un référendum le 10 juin, en même temps que les  législatives, sur ce thème, en proposant une dose de proportionnelle, le non cumul des mandats, la diminutions des élus nationaux et l'obligation de voter soi-même et non plus par procuration  à l'Assemblée et au Sénat etc...

Mais qui en parle dans les médias nationaux ?

Le 4 mars 2012
C. MISSEGUE