Christiane Missegue MoDem Cantal

09 mars 2014

On veut "virer" les vieux !!!

"un avenir pour la commune avec des idées plus jeunes"

quel programe !!!

Tout d'abord "un avenir" ... encore heureux qu'on veuille un avenir pour la commune ... le passé est derrière nous, même s'il est utile de regarder de temps en temps dans le rétroviseur, pour comprendre l'évolution ou la non-évolution de la commune !

Mais alors là, les "idées plus jeunes" !!!

Qu'est-ce que cela veut dire ?

Outre le côté désobligeant pour l'autre équipe de "vieux" !!! et donc indirectement l'attaque personnelle sur l'âge !
là encore quel programe !!!

Le qualifictaif "jeune" peut-il s'appliquer aux idées ? "modernes" pourquoi pas mais "jeunes" ! Nous voulons des exemples !!!

Rappelons à ces "jeunes gens" que la jeunesse est une maladie dont on guérit très vite, alors que l'expérience s'amplifie lorqu'on avance en âge. Ce n'est pas pour rien qu'en Chine, complimenter une femme sur sa vieillesse, c'est lui faire un vrai compliment, la sagesse allant de paire avec la vieillesse.

Bref, j'attends qu'au delà d'un "jeunisme" mal assumé, l'équipe adverse nous présente ses idées ... "plus jeunes" ! et son projet "d'avenir" pour la commune, alors que les sortants qui sont sur la liste ont voté pendant six ans contre le budget estimant qu'il y avait trop d'investissements et qu'on parlait trop de la commune !!! Les "idées plus jeunes" serait-ce : moins d'investissements, moins de communication, bref moins de tout !

Communiquer sur la commune et son dynamisme, c'est le gage d'attirer les nouvelles populations qui amènent de la richesse au territoire. Investir, c'est aider à créer des services ou des logements ... ne serait-ce pas l'avenir ?

Un débat public entre "les anciens" et les "plus jeunes" serait le bienvenu, mais l'équipe adverse ne souhaite pas organiser de réunions publiques !!!

Faisons confiance aux avalogilois qui sauront choisir une équipe et un projet construit par tous. Ce n'est pas le projet du maire sortant, c'est celui d'une équipe, enrichi des propositions de la population.

Rendez-vous dans les urnes le 23 mars.
Venez voter nombreux et surtout votez "liste entière" afin de donner à la liste choisie
la majorité nécessaire pour faire avancer ses projets.

Posté par C Missegue à 13:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mars 2012

Les parrainages en question !

Avez-vous lu La Montagne d'il y a quelques jours ? "Ils ne donneront pas le précieux sésame"

Il y a ceux qui ne veulent pas donner leur signature, par principe, parce qu'ils sont "sans étiquette" ou parce qu'ils craignent les représailles !
Eh oui ! Ils osent le dire à la presse, sachant que ce sera publié ! Un comble !!!
C'est donc bien vrai ce qui se murmure : qu'il y aurait des "gens" qui feraient pression sur les élus de terrain afin qu'ils votent comme il faut et qu'ils ne parainent que le "bon" candidat !!! On croit rêver !
Ces élus se sont-ils rendus compte qu'ils étaient en train de cautionner le système de la pensée unique dans le Cantal.

Suis-je à ce point naïve pour ne pas pouvoir imaginer que cela existe. Mais le système est beaucoup plus pervers, car les élus ne subissent pas vraiment de pressions, non ! Simplement ils devancent les souhaits des "grands élus" ! Au cas où !
Le fonctionnement est le même avec l'Etat.
Quel élu va oser déplaire au représentant de l'Etat au risque de ne pas avoir de dotation.

Lu dans la Montagne :
"Ce qui me dérange le plus, ce n'est pas que la décision soit connue du grand public, mais c'est pour mes subventions. On est une commune de moyenne importance, on a besoin de dotations. Et je pense que si on parrainait un candidat simplement par respect de la démocratie, il y aurait certainement un retour de bâton. Ici, on a des travaux en cours, on a besoin de ces subventions et je ne prendrais pas ce risque pour ma commune. Même si je le regrette un peu."

Un peu plus loin on peut lire encore :
"Il ne faut pas être naïf, soutient Bernard Remise. Les hommes étant les hommes, il y aura toujours plus d'attention sur le dossier d'un élu proche dans l'état d'esprit. Des représailles après une signature, ça existe. Tout le monde dit que non, mais j'ai connu des gens qui avaient parrainé certains candidats, sans partager leur opinion d'ailleurs, et mal leur en a pris."

On peut s'interroger sur le courage politique des élus locaux, comme des élus nationaux d'ailleurs ! Mais est-ce normal que cette "terreur" existe. Le mot est peut-être un peu fort, mais est-ce normal que les élus du peuple, mandatés par leur concitoyens, aient peur des réactions de leurs "grands élus" ou de l'Etat ?!
Pourtant, ils devraient savoir que les Renseignements Généraux, ou leurs remplaçants dont j'ai oublié le nom, savent très bien quelles sont les convictions politiques, religieuses, morales ... de chaque élu du territoire.
Ceux qui se disent "sans étiquette" ont bien une appréciation sur le contexte national et vont bien, pour la plupart, voter pour quelqu'un ! De par les attitudes, les propos, les prises de position, chacun donne une image "politique" de lui-même.

Cela ne les rassurera pas, mais tous les élus de terrain sont, sinon "fichés", du moins "catalogués", par nos "grands élus" ou par l'Etat. Ne rêvons pas !

Lorsque la journaliste de La Montagne m'a appelée, je lui ai franchement répondu que je parrainerai François BAYROU.
Je lui ai demandé si elle espérait beaucoup de réponses d'élus ? Elle avait commencé par le maire de Saint Urcize qui s'était déjà exprimé sur France 3, puis par moi. Je n'ai pas été déçue du résultat ! Je n'imaginais pas que mes collègues iraient jusqu'à cautionner ce fonctionnement en le dénonçant. Très fort.

C'est à désespérer de la politique et prouve qu'il est nécessaire de moraliser la démocratie.
D'où l'intérêt de la propositon de François BAYROU d'organiser un référendum le 10 juin, en même temps que les  législatives, sur ce thème, en proposant une dose de proportionnelle, le non cumul des mandats, la diminutions des élus nationaux et l'obligation de voter soi-même et non plus par procuration  à l'Assemblée et au Sénat etc...

Mais qui en parle dans les médias nationaux ?

Le 4 mars 2012
C. MISSEGUE

 

Posté par C Missegue à 16:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 février 2012

mascarade pour application de décision de justice !

COMMUNE DE VALUEJOLS

 Suite à la CDCI du lundi 27 février 2012

J’ai bien pris note que le Préfet a proposé un projet de nouveau périmètre de la communauté de communes du Pays de Saint Flour, intégrant VALUEJOLS.

J’avoue ne pas comprendre l’acharnement du représentant de l’Etat qui aurait pu proposer cet amendement au cours d’une des réunions de la CDCI des 7 novembre,12 et 19 décembre 2011, puisqu’il avait reçu le Jugement du Tribunal Administratif de Clermont Ferrand le 20 octobre 2011.

Jugement du Tribunal qui stipule clairement dans son dispositif, article 2 :
« Il est enjoint au Préfet du Cantal de statuer dans les deux mois sur la demande de la commune de Valuéjols »

 Le Préfet n’applique pas la décision de justice, qui demandait un simple Arrêté de rattachement de la commune de Valuéjols, avant le 20 décembre 2011, en prétextant que la Loi sur la réforme des collectivités territoriales prédomine sur la décision de justice.
Le processus évoqué dans le cadre de la CDCI ne découle que de la seule exécution de la loi sur la réforme des collectivités territoriales et ne tient absolument pas compte de toute la procédure contentieuse débutée avant le vote de la Loi.

 Je prends acte de la modification du périmètre et donc du rattachement de Valuéjols, mais je note que les collectivités seront sollicités pour donner leur avis, alors qu’elles l’ont déjà fait en 2009. Ce qui veut dire encore trois mois de délai supplémentaires, soit cinq mois de perdu encore, ajoutés aux trois ans et demi que dure cette affaire.

La commune est donc pénalisée par cet acharnement qui ne lui permet pas d’intégrer la collectivité du Pays de Saint Flour avant la réflexion sur les budgets des deux communautés.

Le Président de l’AMF France, Jacques PELISSARD, interrogé sur ce point, a précisé lui aussi que la CDCI n’avait pas à se prononcer en la matière. Dans un courrier qui m’a été communiqué par l’AMF Paris, il indique « qu’il n’y a pas lieu de redemander l’avis de la CDCI sur un dossier sur lequel elle s’est déjà prononcée ». De plus « le Schéma arrêté par le Préfet l’a été plus de deux mois après la décision du Juge Administratif et n’a pas d’incidence sur la procédure ».

A noter que le Schéma Départemental a été arrêté le 26 décembre 2011, donc postérieurement au délai imparti au Préfet, par le jugement du tribunal, pour statuer.

J’attends d’avoir reçu officiellement l’Arrêté du Préfet mais également la décision de la Cour d’Appel de Lyon concernant la procédure d’exécution forcée débutée en janvier 2012.

Nous étions neuf élus de Valuéjols présents à cette réunion au cours de laquelle le Préfet a eu beaucoup de difficultés à expliquer son choix et n'a pas dû convaincre beaucoup d'élus. Ces derniers n'ont pas souhaité débattre sur le fond, ni sur la forme. Ils souhaitaient que l'Arrêté soit adopté sans débat sur une décision de justice. Un amendement a été déposé par le maire de Coltines. Outre le fait qu'il n'avait pas été déposé dans les délais, donc irrecevable, son contenu était en grande partie illégal car modifiant la décision de justice ! A noter que cet amendement proposait également une entente CC de Planèze et CC du Pays de Saint Flour pour réfléchir à un porjet commun pour le territoire ! On croît rêver !!! Le Président de la CC du Pays de Saint Flour a découvert cette proposition et n'y a pas souscrit estimant que pour qu'il y ait entente, le minimum serait d'informer les élus concernés !

 C. MISSEGUE

Maire de VALUEJOLS

Posté par C Missegue à 20:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 janvier 2012

Déni de Justice ou la Loi du plus fort !

VALUEJOLS

 LE PREFET N’APPLIQUE PAS LA DECISION DE JUSTICE

 Le jugement du Tribunal Administratif de Clermont Ferrand du 18 octobre 2011 est clair, dénué de toute ambigüité et donnait pleinement raison (pour la 2ème fois d’ailleurs) à la Commune de VALUEJOLS dans son souhait de rejoindre la Communauté de Communes du Pays de Saint Flour :

-Annulation pour erreur manifeste d’appréciation (c'est-à-dire sur le fond) de la décision de refus du Préfet, du 30 juillet 2009, de faire droit à la demande de la Commune de VALUEJOLS ;

-Injonction faite au Préfet d’examiner de nouveau la demande de la Commune de VALUEJOLS de retrait dérogatoire de la Communauté de Communes de La Planèze et d’adhésion concomitante à celle du Pays de Saint Flour, dans les deux mois suivant la notification du jugement, soit avant le 21 décembre 2011 ;

 -Condamnation de l’Etat à payer à la Commune de VALUEJOLS la somme de 1 000 €  au titre des frais de justice.

 Le Préfet avait donc, du fait de l’injonction prononcée à son encontre
par le Tribunal Administratif de Clermont Ferrand, j
jusqu’au 21 décembre 2011 pour décider de la suite à donner (oui ou non)
à  la demande de retrait de la Communauté de communes de La Planèze
et de rattachement de la commune de VALUEJOLS
à la Communauté de Communes du Pays de Saint Flour.

 A ce jour, le Préfet n’a pas statué sur la demande de la Commune de VALUEJOLS, au mépris de la décision de justice intervenue.
Le Préfet méconnaît le jugement du Tribunal Administratif
de Clermont Ferrand et n’exécute pas ledit jugement

A l’occasion de la réunion dela CDCI du 12 décembre dernier, à la suite d’une question de Messieurs COUVRET et MEZARD, concernant la situation de VALUEJOLS,

« Le Préfet … précise que ce jugement fera l’objet d’un appel, mais que, dans le même temps des démarches procédurales seront engagées dès l’adoption du SDCI pour se conformer à l’injonction du Tribunal Administratif » (extrait du Compte Rendu de la CDCI)

 « Des démarches procédurales seront engagées … » ne répond pas à l’injonction du Tribunal.

 De même, et confirmant sa position, le courrier du Préfet daté du 20 décembre 2011 transmise àla Communede VALUEJOLS ne constitue en rien une exécution du jugement rendu.

 Alors que le Préfet disposait d’un délai de deux mois pour statuer sur la demande de la Commune de VALUEJOLS, il se contente d’indiquer qu’il proposera, dans un premier temps, à la CDCI le rattachement de la Commune de VALUEJOLS à la Communauté de communes de Saint-Flour et que sous réserve d’un vote à la majorité qualifiée des 2/3 de ses membres, il prendra, dans un second temps, un arrêté fixant le projet de périmètre notifié pour avis aux deux Communautés de communes concerné »es ainsi qu’ à l’ensemble des communes concernées incluses dans ce projet de périmètre. Ce n’est enfin qu’en cas d’accord de la majorité qualifiée de celles-ci qu’il « serait possible », pour reprendre ses propres termes, « de rattacher la commune à la Communauté de communes du Pays de Saint-Flour ».

 Mais, cela ne correspond en rien à l’injonction prononcée par le Tribunal Administratif de Clermont Ferrand, le Préfet non seulement fait fi de la décision de justice rendue à son encontre, mais en outre, il nie l’intégralité de la procédure initialement suivie (délibération du conseil municipal de VALUEJOLS, délibération du Conseil Communautaire dela Communauté de communes du Pays de Saint-Flour acceptant l’adhésion).

 La consultation des communes concernées, proposée par le Préfet, alors qu’il devait, selon le jugement, statuer sur la demande dela Commune de VALUEJOLS, avant de prendre la décision de rattachement, est totalement inutile, dilatoire et donne à penser qu’il s’agit, pour le Préfet, de gagner du temps! Six mois au moins de procédure et une décision, mais laquelle ?, et après les élections présidentielles et législatives !!!

 Pourquoi est-ce inutile ? Tout simplement parce que la démarche que VALUEJOLS a mise en oeuvre relève de la procédure dérogatoire prévue par la loi (article L 5214-26 du Code Général des Collectivités Territoriales, disposition non modifiée par la loi de réforme des collectivités territoriales, que le Préfet a l’air si soucieux d’appliquer, alors que ce n’est pas le débat…) et ne nécessite pas la consultation des communes (voir le jugement précédent du TA qui précise de manière explicite que « la procédure dérogatoire s’applique sans qu’il soit besoin d’avoir utilisé au préalable la procédure de droit commun »).

La seule exigence de la procédure dérogatoire est qu’une autre Collectivité, en l’occurrencela Communautéde Communes du Pays de Saint Flour, accepte d’accueillir la commune. Ce qui a été le cas à deux reprises déjà.

 Il s’agit, semble-t-il, pour le Préfet de gagner du temps, mais pour quelle raison ?

 Une chose est sûre, nous sommes donc ici dans une situation dans laquelle un Préfet de la République, pourtant garant, en principe, du bon ordre public et en charge du contrôle de légalité des décisions prises par les élus locaux, indépendamment des « chicaneries » et pressions politiques, bafoue et méconnaît une décision de justice, en ne procédant pas à son exécution.

Sommes-nous toujours dans un Etat de Droit ?

Etat de Droit qui semble se ficher éperdument des décisions de justice ?

C’est scandaleux !!! Quel exemple donné par un Préfet de la République !!!

 Que demande la Communede VALUEJOLS ?

Tout simplement que son bon droit soit reconnu et que la justice qui est passée, soit régulièrement exécutée !

 La réponse de la commune va se faire en deux étapes :

-Le Conseil de la Commune va saisir le Tribunal Administratif afin de faire mettre en demeure le Préfet d’exécuter cette décision de justice.

-Dès que la commune sera destinataire de l’Appel introduit par l’Etat, si appel il devait y avoir (caractérisant ainsi un véritable acharnement de l’Etat), le Conseil de la Commune saisira la Cour Administrative d’Appel de Lyon afin de lui demander de vérifier que la décision du Tribunal Administratif a bien été exécutée.

 Cela fait trois ans et trois mois que la commune attend une décision que la juridiction de première instance vient de juger non seulement recevable, mais pleinement fondée. Que de temps perdu, que de projets bloqués, que de gaspillage !

 Nous avons une impression d’acharnement de l’Etat, contre la Commune de VALUEJOLS.

L’Etat punirait-il la commune parce que celle-ci a osé défendre son bon droit ?

 

 A SUIVRE  ......

Christiane MISSEGUE

Maire de VALUEJOLS

Posté par C Missegue à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 novembre 2011

Il n'y a que ceux qui ne s'engagent pas qui ne risquent pas la claque !

En réponse à "robertdevaluejols" (voir commentaire joint)

Quel courage ! Toujours masqué pour balancer des méchancetés !!!

"La critique est aisée, mais l'art est difficile", vous devriez méditer !!!

Quand on n'a pas le courage de s'engager à visage découvert pour défendre ses convictions (j'attends toujours votre visite à la mairie de Valuéjols !), on ne risque pas "la claque", certes. Mais quand on participe à la destruction de ceux qui s'engagent par l'abus de la rumeur, on ne mérite que le mépris.

Enfin je constate que vous regardez régulièrement mon blog pour avoir réagi aussi vite. Finalement je vais poursuivre afin de ne pas vous décevoir !!!

A bon entendeur, salut !

Et moi je signe de mon nom :
Christiane MISSEGUE

 

Posté par C Missegue à 17:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 novembre 2011

Logement social - inauguration

Pas de ruban découpé pour cette inauguration, mais plutôt la signature des baux, avec les locataires, en présence des partenaires fianciers : Député (réserve parlementaire), Conseil Régional et Conseil Général ; et de l'Etat qui n'a rien financé (!), mais a signé la convention PAM, permettant aux locataires de bénéficier de l'APL.IMG_7803

 

 

 

 

 

ci dessous : mon discours introductif

 

 

INAUGURATION DES LOGEMENTS SOCIAUX
BATIMENT DE L’ANCIENNE POSTE
Vendredi 21 octobre 2011

Monsieur le Ministre, Monsieur le Sous Préfet, Madame la Présidente, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs, c’est un plaisir pour moi et un honneur de vous accueillir dans ces lieux qui datent de 1899. Bâtiment de l’ancienne poste, rénové en trois logements sociaux que vous venez de visiter.

Monsieur le Ministre, vous ici, aujourd’hui, après un autre ministre, hier, futur candidat à la magistrature suprême, en visite dans l’école de la commune, vous avouerez que Valuéjols est bien, sinon le centre du monde, pour le moins la capitale de La Planèze de Saint Flour, comme elle fut autrefois la capitale de la Viguerie de La Planèze, sous Charlemagne. 

Cette Planèze de Saint Flour à laquelle la commune de Valuéjols est particulièrement attachée, au point de vouloir garder à tout prix sa Coopérative Fromagère de Planèze sur ce territoire producteur de lait.
Cette Planèze de Saint Flour que nous souhaiterions voir réunifiée autour de son chef lieu.
Nous comptons sur vous Monsieur le Ministre pour nous aider à développer l’ensemble de ce territoire que nous souhaitons rejoindre. Et nous vous en remercions.

Monsieur le Sous Préfet, vous n’aviez pas encore eu l’occasion de visiter notre commune et la présence de l’Etat ce jour est pour nous le gage de son soutien apporté à ce territoire à travers le Schéma Départemental de Coopération Intercommunale, initié par Monsieur le Préfet et qui répond tout à fait au souhait qui est le nôtre de rejoindre la Communauté de Communes du Pays de Saint Flour.
Hasard du calendrier, puisque le choix de la date d’inauguration a été décidé bien avant la convocation de l’audience au Tribunal Administratif du 4 octobre dernier, la décision du Juge vient  d’être notifiée et elle conforte le souhait de Valuéjols de rejoindre notre Bassin de vie naturel.

Madame la Présidente, c’est un grand plaisir de vous recevoir et oserais-je le dire ? Le président René SOUCHON a finalement bien fait d’être retenu par d’autres obligations, puisqu’il vous permet d’être là. Mais ne lui répétez surtout pas, je ne voudrais pas m’en faire un ennemi ! De 2002 à 2009, nous avons souvent travaillé ensemble dans le cadre de votre mission de Conseillère Régionale au sein des lycées. Nous avons partagé de nombreuses analyses de notre système éducatif et j’ai pu apprécier notre collaboration, toujours dans l’intérêt des élèves. Je vous remercie d’avoir accepté de représenter la Région, ce qui est un juste retour des choses dans la mesure où c’est vous qui avez instruit notre dossier alors que vous étiez Vice Présidente chargé de l’habitat.

Monsieur le Président, que  dire, c’est la première fois que je vous reçois dans cette configuration et pourtant nous nous connaissons depuis les années 80, cela ne nous rajeunit pas, mais je vous rassure cela ne se voit pas !!! Nous avons organisé ensemble un festival de théâtre, c’était le bon temps, puis nous nous sommes retrouvés autour de la Maison des Services de Murat, toujours dans le cadre de la formation et je pense pouvoir affirmer que nous partageons l’amour de ce territoire de la Haute Planèze et la volonté de maintenir les activités nordiques sur les plateaux et forêts de nos communes rurales, mais c’est un autre combat. Je tiens à vous remercier d’avoir bien voulu représenter le Conseil Général qui est, avec vous Monsieur le Ministre et avec le Conseil Régional, l’un de nos partenaires financiers. Mais j’y reviendrai.

Nous sommes donc réunis pour marquer la fin des travaux de rénovation de ce bâtiment qui a accueilli la Poste depuis les années 50.
L’Agence Postale a été déplacée, et a fait l’objet d’une inauguration en mai 2011. Ceci a permis de transformer ces lieux en logements sociaux.

La politique de la Commune, déjà avec mes prédécesseurs, Léa COUDERC et Roger CHARBONNEL, est fondée sur l’accueil de nouvelles populations en leur offrant de l’habitat locatif avec la Société Polygone, qui a suivi l’opération, et dont je salue les représentant, mais aussi la rénovation des bâtiments municipaux inoccupés, écoles (4), presbytères (2) et enfin la réalisation de lotissements. 
Je pense que c’est le dernier bâtiment communal du bourg à être rénové. Vous venez de visiter les trois logements dont je salue les futurs locataires et avec qui je vais signer officiellement tout à l’heure devant vous le bail. 

Notre architecte, Florian BESSON de « Clef de Voûte » a réalisé un quasi exploit lorsque l’on connait l’état du bâtiment avant rénovation. Les délais ont été respectés, neuf mois, le temps d’une grossesse.
Contrairement à certaine naissance qui tarde à venir, plus célèbre que la nôtre certes, celle-ci s’est parfaitement passée, un peu dans le speed de dernière minute.

Je tiens à remercier toutes les entreprises qui ont fourni un travail de qualité :

Je vais essayer de ne pas en oublier : Messieurs GRECO, maçonnerie, POIZOT, ravalement et extérieur, PARATIAS, toiture, TOUZET, charpente, LACROIX, cloisons, BONNAL, plâtrerie et peinture, ROSSI, menuiseries intérieure et extérieure, COUTAREL, garde corps, ESCOUROLLE, carrelages, ROUSSEL, revêtement de sols et TARDIEU, plomberie et électricité, merci à vous et félicitations car le résultat est là.

Même si les goûts et les couleurs ne sont pas toujours partagés par tous, il faut bien reconnaître que Florian BESSON avait raison de nous « imposer » n’est pas le mot, mais de nous convaincre de choisir le gris ! et comme il nous l’a souvent répété :
« ce n’est pas parce qu’on fait du logement social qu’il ne faut pas faire de la qualité et de la beauté », en restant dans le montant initial du marché, bien sûr.

Et c’est parfaitement réussi ! Bravo.

J’ai parlé du coût :
292 978.13 €
financés à hauteur de 28 % par nos partenaires financiers :
34 874 € du Conseil Régional
27 600 € du Conseil Général
20 000 € de réserve parlementaire
57 839.13 € de fonds propres de la commune
152 000 € d’emprunt à la Caisse des dépôts et Consignation à un taux particulièrement intéressant. C’est une opération blanche en ce qui concerne l’emprunt, puisque les loyers remboursent les échéances de l’emprunt (et même un peu au-delà). Donc ces travaux coûtent 57 839.13 € à la commune. Ce n’est pas anodin, nous aurions bien aimé bénéficier de la DERT, mais il y avait sans doute d’autres priorités. La capacité d’investissement de la commune, dégagée sur le budget chaque année, nous a permis de le faire.

Un grand merci encore pour les subventions accordées dans le cadre du Projet de Territoire pour deux d’entre elles.

La Communauté de Communes de Planèze n’a pas été sollicitée pour participer au financement dans la mesure où nous souhaitions en sortir.

Sans vouloir allonger mon propos, déjà un peu long, je dirais que la commune a bien deux priorités, l’école et l’habitat, les deux étant d’ailleurs liées.

L’habitat de qualité, en quantité suffisante pour des familles avec enfants, consolide l’école qui elle-même permet l’installation de nouvelles populations qui peuvent trouver également sur la commune de nombreux services : agence communale, services médicaux et para médicaux, et de nombreux commerces et artisans.
Je tiens à rendre hommage à mes prédécesseurs qui m’ont laissé la commune dans un parfait état financier et avec déjà une politique d’ouverture, d’accueil et de changement.

Je terminerai par une citation de Saint Exupéry :

« Le danger n’est pas tant dans le changement, mais bien dans l’immobilisme ».

Vous pouvez compter sur nous pour faire entrer notre territoire dans l’avenir au travers d’un changement maîtrisé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par C Missegue à 15:29 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Sauvez le Ski de Fond en Haute Planèze !

Jeudi, c'est la réunion de la dernière chance du ski de fond ! A Murat.

Quatre petites communes rurales (à peine 1 300 habitants) souhaitent sauver le ski de fond, associées à Murat qui propose la mise à disposition d'un personnel afin d'assurer le damage à la place de sa participation financière habituelle.2011 octobre rencontre Prat de Bouc tous

Précédemment huit communes réunies en syndicat intercommunal, géraient le domaine nordique Lioran - Haute Planèze.

Les huit communes finançaient le fonctionnement à hauteur de 59 000 €, avec des critères de répartition prenant en compte le nombre d'habitants, les km de pistes et le nombre des hébergements sur la commune.
Murat donnait approximativement 15 000 € et Valuéjols 8 000 € pour donner un exemple.
S'ajoutaient à ces recettes les redevances évaluées de 23 000 €, les mauvaises années, à 37 000 € en moyenne.

Une saison à "minima" a été évaluée à 90 000 €.
Comment cinq communes pourront-elle financer la saison 2011-2012 ? Sauf à doubler, voire tripler leur participation !
Même si certaines communes, comme Valuéjols, proposent de participer de manière plus importante, cela ne compensera pas la perte constatée.2011 octobre rencontre Prat de Bouc jeune et papa

Attendons la réunion du jeudi 3 novembre où sont conviés, outre l'Etat, le Conseil Général, les Communautés de Communes concernées et les huit communes du Syndicat qui a voté sa dissolution, mais ne l'est toujours pas tant que le Préfet n'a pas pris l'Arrêté. Croisons les doigts pour que l'ensemble des communes comprennent que le territoire mérite de garder le ski de fond et qu'il est nécessaire, voire indispensable, de financer cette activité, avec un peu d'aide des autres collectivités pour cette saison.
Les cinq communes espèrent rencontrer le Président du Conseil Général à l'issue de cette réunion.

A noter que l'ALT vend le ski de fond à Prat de Bouc et que les touristes qui vont venir cet hiver risquent d'être fortement déçus et de ne plus revenir, car ils se sentiront "floués".
N'oublions pas les professionnels qui eux aussi vendent des séjours et sont très inquiets.
Enfin, c'est un plus non négligeable en matière d'animation du territoire, pour nos communes rurales qui font le plein des gîtes, chambres d'Hôtes et autres hébergements, grâce au ski, sans oublier les retombées économiques liées à la consommation des touristes dont bénéficie le territoire. Mais cela ne rentre pas directement dans la caisse de la commune !
C'est donc un choix politique des collectivités de ce territoire de le faire vivre grâce au tourisme, l'hiver également !!!

CM

Posté par C Missegue à 11:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 octobre 2011

Me revoilà !!!

Semaine exceptionnelle du 17 au 21 octobre :

le 19 octobre : réponse du tribunal Administratif qui nous donne raison pour la deuxième fois, décision du Préfet annulée pour erreur manifeste d'appréciation et injonction au Préfet de revoir sa décision dans les deux mois, soit avant Noël ... beau cadeau pour la commune. Cadeau que nous attendons depuis fin 2008, trois ans de perdus, surtout pour la coopérative !

Peut-on imaginer une seule seconde que le Préfet ne respecte pas une décision de justice ?

IMG_7760le 20 octobre : visite de François BAYROU, Président du MODEM et futur candidat aux élections présidentielles, à l'école de VALUEJOLS : un grand moment avec le professeur BAYROU et un scoop suite à une question d'Alexandre "serez-vous candidat à l'élection présidentielle ?". La réponse fut "oui" ! bien sûr !!!   IMG_7769

 

 

 

 

 

 

le 21 octobre : inauguration des trois logements sociaux dasn l'ancien bâtiment de la Poste datant de 1899 ! en présence du Sous Préfet, de l'ancien Secrétaire d'Etat aux collectivités territoriales, de la Vice Présidente du Conseil Régional d'Auvergne, du Vice Président du Conseil Général. Pas de ruban coupé, un peu ringard !!! mais une signature officielle des baux avec les futurs locataires ! Plus sympa aux dires des participants.

Posté par C Missegue à 20:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2011

Cantonales, c'est parti !

Si vous voulez des nouvelles de la campagne des cantonales regardez le nouveau blog créé à cette occasion :

Cantonales 2011 Saint-Flour sud

bonne lecture

Posté par C Missegue à 09:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 février 2011

Cantonales 2011 - C'est parti !

SCRUTIN DE MARS 2011

Canton Saint Flour Sud

Christiane MISSEGUE

Jean Luc FAURE

                   Union dans l’action pour un avenir soucieux des équilibres

Christiane MISSEGUE                                                       Jean Luc FAURE

65 ans,                                                                              46 ans

mariée, deux enfants, une petite fille,                               marié, deux enfants

Maire de Valuéjols                                                           Médecin Généraliste

Pourquoi cette candidature ?

Sur la forme :

Trois groupes de mots caractérisent notre engagement et la manière dont nous souhaitons travailler :

Engagement citoyen et Humanisme,

Transparence et Equité,

Opiniâtreté et conviction. .

Notre engagement n’est pas politique mais citoyen, car à travers ce scrutin s’offre l’opportunité de parler d’humanisme et d’évoquer le regard que l’on porte sur l’autre.

Est-il bienveillant ou méfiant, innovateur ou générateur d’inertie ?

Il nous parait urgent de dépoussiérer un univers anxiogène, valorisant le résultat et la productivité, et d’envisager plutôt notre action comme produit du rassemblement et non de la division.

Pour cela nous devons réaliser que notre pire ennemi n’est pas l’autre, mais notre vanité et la peur de la différence. Le seul garant de la performance pour l’avenir est le regroupement des compétences à travers des pôles dont la proportion des membres doit être en adéquation avec les territoires.

Celui de la Planèze de Saint Flour, austère et solidaire, son plateau et ses orgues basaltiques, est un territoire « orgueilleux et fier » qui accompagne bien des comportements pétris d’amour-propre et de sentiment identitaire, implicitement ressenti et explicitement exprimé : « être un cantalien non enclavé ».

Ce territoire, nous y sommes particulièrement attachés et, à son image, nous sommes tenaces, opiniâtres et totalement convaincus de sa capacité de développement.

Nous avons souhaité nous engager pour le territoire de Saint Flour, dans le canton sud, sans étiquette politique, car la défense d’un territoire et l’impulsion d’actions de développement ne doivent pas s’inscrire dans un moule idéologique quel qu’il soit.

Une politique territoriale doit être fondée sur l’intérêt général réaffirmé, tout en prenant en compte l’humain dans les décisions prises, dans la transparence et l’équité.

Ce ne doit pas être une affaire de « clochers » mais bien de réflexion autour des spécificités du territoire et de conviction auprès de tous ses acteurs.

Engagée pendant quarante deux ans au service de l’éducation des adolescents pour l’une et engagé dans l’aide aux patients à travers sa pratique de médecin pour l’autre, nous avons, ensemble, le même souci de l’individu dans son territoire, au-delà de tout clivage social, politique ou religieux.

Nous aimons ce territoire qui nous ressemble et souhaitons, le préserver, le développer et le valoriser, dans l’intérêt de tous et le bonheur de chacun.

JF_ETL2_1_ photo JF Ferraton

Sur le fond :

Nous souhaitons agir selon quatre axes :

l’aménagement du territoire,

le développement économique,

le maintien d’un maillage médico-social fort,

l’accès égalitaire à l’éducation et à la culture,

L’aménagement du territoire :

développer des projets structurants s’appuyant sur des intercommunalités fortes, dans le cadre de Projets de Territoires cohérents et fondés sur les spécificités de ceux-ci,

La rocade de Saint Flour en est l’exemple type qu’il faudra défendre en s’entourant des compétences nécessaires,

Quant à l’intercommunalité il sera nécessaire que le Conseil Général s’engage auprès des élus locaux pour convaincre l’Etat de la nécessité de prendre en compte l’avis de ces élus sur le périmètre à définir qui doit tenir compte des bassins de vie,

aider au maintien des services publics

Le Conseil Général doit aider à préserver ces services auprès des populations en mettant en place des partenariats publics-privés, c’est le gage du maintien des populations qui souhaitent de plus en plus rester, voire revenir à la ruralité,

Le développement économique :

aider au développement de filières agricoles de qualité,

Par exemple en maintenant un atelier de transformation laitière sur la Planèze avec une démarche différenciée : lait cru, bio, haut herbage…

poursuivre une politique de valorisation des produits touristiques et à travers eux de l’image du Cantal,

développer les aides aux entreprises citoyennes qui respectent le territoire et ses habitants …

Le maintien d’un maillage médico-social fort :

créer des Pôles de compétences Santé, Social … dont la proportion des membres doit être en adéquation avec les territoires, afin de permettre à chacun d’y trouver toutes les compétences d’une métropole,

réfléchir à la mutualisation des transports scolaires et interurbains afin de développer le transport à la demande,

L’accès égalitaire à l’éducation et à la culture :

poursuivre la rénovation des collèges et surtout maintenir un bon niveau d’équipement et de dotations de fonctionnement afin de permettre aux jeunes cantaliens d’avoir les mêmes chances de réussite que leurs camarades de métropoles,

créer des Pôles de compétences sportives et culturelles, plutôt que de saupoudrer des aides de manière aléatoire …

Faites le bon choix, mais surtout allez voter le 20 mars, puis le 27.

Christiane MISSEGUE

Jean Luc FAURE

Posté par C Missegue à 00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]